Amateurs libertins

Porno FR VS Gonzo US - sur quoi se branler ?

Il y a deux écoles de branleurs français sur le porno.

L'école des adeptes des videos poubelles, ces personnes se foutent royalement de ce qu'il s'y dit et se paluchent en consultant la scène et en s’accommodant d'une piètre qualité d'image et de son...
A chaque fois qu'ils ont terminé de se palucher, ils regardent leur petit mouchoir remplit de jute et se disent. Un truc du style 'ça fait du bien mais j'aurai pu avoir mieux comme vidéo à mater pour prendre encore plus mon pieds et en foutre de partout.

Et l'école des exigeants.
Ceux là sont les plus malins car ils demandent de la qualité et des choses spécifiques que les autres ne trouverons pas sur leurs tubes de merde.
Ceux qui exigent cette qualité sont tout simplement les membres inscris sur porneverest.

C'est un peu comme comparer des vicelards qui seraient dans un wagon de seconde classe pour les tubes à la con et ceux qui sont en première classe avec un abonnement vip sur le plus gros site de contenus porno qui puisse exister.



Mais la comparaison ne se limite pas à la qualité de l'image et à sa quantité.

Il y a deux grandes différences majeur aux niveau de ces consommateurs.
Sur les tubes, les gars se contente de merdes en US, avec des filles vues et revues des milliers de fois sur les videos, qui se font cracher de la jute sur la gueule en couinant en ricain des trucs bateau du style 'yes give me your cock' ou des (oh what a nice cock !' et des banalité style 'oh yes fuck me ! Fuck me hard !' …

Et il y a les scènes bien de chez-nous, avec de vraies françaises qu'on pourrai croiser au seuil de sa porte où dans la matinée, près de chez soi, en allant chercher le pain ou en sortant le clebs.
Et bien sur le site de streaming X pornoverest, c'est justement ce genre de video en haute qualité que l'ont va retrouver.
La joie d'entendre une femme couinant dans notre langue, l'entendre dire des trucs bien salasse comme on aime les entendre quand on pine une nana. 

Laissez votre commentaire à propos de cet article