Amateurs libertins

Mes plus belles rencontres au Bilitis

Originaire de la Bretagne, amoureux de la fête et des expériences nouvelles, je fréquente depuis plusieurs années, un club libertin très exquis nommé Le Bilitis, on y retrouve une ambiance conviviale, avec un service irréprochable et une attention personnalisée pour tous les clients. La fréquentation de ce lieu, m’a permis de faire mes plus belles rencontres libertines avec des couples mixtes.

Soirée Hot au Bilitis

Dès que l’on entre dans le parking privé du club, sous surveillance vidéo, et que l’on franchit l’entrée du club, on sent l’ambiance chaude montée, happée par la musique du DJ et la déco assez colorée. Le club Bilitis offre un espace de détente et de divertissement de 700m2, avec trois niveaux, constitué d’une salle balnéo avec hammam et jacuzzi, d’une terrasse pour se rafraîchir après des ébats passionnés et d’un espace restauration pour les gourmets. Le dress code du club le Bilitis est aussi strict que dans d’autres établissements du genre, pour les hommes obligatoirement, chemise, pantalon et chaussures de ville (basket et jean’s sont interdits) et pour les femmes, tenue hyper sexy (jupe courte, robe moulante), et les pantalons ne sont pas acceptés.

Expériences coquines au Bilitis

Plusieurs fois, je me suis retrouvé avec des couples dans les salons et coins coquins pour des attouchements exquis avec de superbes femelles sous l’œil égrillard de leur conjoint.Et une fois, avec un couple de lesbiennes, voulant goûter à la sensation d’un mâle, nous sommes allés faire du frottis-frottas dans le jacuzzi du club et avions terminé la soirée dans le chalet pour des cochonneries inavouables.


Ouvert du lundi à samedi, à partir de 20 ou 22 heures, jusqu’à parfois 4h du matin pour certaines soirées, le Bilitis offre un havre de divertissement coquin sans pareille en Bretagne, dans un univers invitant à la passion des attouchements, caresses et du coït. ou de lesbiennes, pour des expériences exceptionnelles de triolismes et d’échangismes.


Laissez votre commentaire à propos de cet article