Amateurs libertins

Mon histoire de comment j'ai rencontrée ce mec qui ma vraiment fait du bien

Je n’arrête jamais de raconter cette histoire, ce n’est pas du tout l’histoire du père noël, ni l’une de ces foutues histoires tendre à la Cendrillon, mais plutôt celle de ma première rencontre d'un mec avec une bite digne de ce nom qui savait en plus la manipuler comme il fallait. Franchement, cet étalon pur-sang m’a fait sacrement du bien, j’ai encore des frissons rien qu’à y penser.

Un vrai étalon

Tout a commencé d’une façon banale, figurez-vous qu’on s’est rencontré dans une petite boucherie du quartie, en fait c’est le boucher du quartier. Mais ça nous a pas empêché de vite sympathiser et de prendre un pot ensemble le premier samedi qui a suivi notre première rencontre à la boucherie. Franchement, je n’avais plus ce boucher plein de sang devant moi, mais plutôt un mec craquant qui avait les phrases justes pour me convaincre d’écarter mes cuisses tout de suite pour un plaisir qu’il m’assurait torride. Je ne pouvais plus resister à ses avances et j’avais hâte de vérifier s’il était vraiment une machine à faire jouir les femmes comme il le prétendait. 30 minutes plus tard, j’étais chez lui, dans son canapé avec sa grosse bite dans ma bouche, une bite vraiment impressionnante que je n’arrivais pas à engloutir totalement dans ma bouche. Une fois sa longue et grosse queue raidie au max, j’étais carrément aux anges a chacun de ses coups de rein, car j’avais la sensation qu’une énorme bite me dilatait le minou au max comme je kiffe. Pour moi qui aime les gosses bitse, la demi-heure que ce boucher à passer à me pilonner la chatte était tout simplement incroyable, un régal, un vrai moment de jouissance. Décidément, ce mec n’était pas un prétentieux du tout, mais un vrai baiseur infatigable qui méritait une deuxième baise

Son petit secret

A la fin, il m’a même fait une confidence, il n’a pas toujours eu une grosse bite, il m’a un peu expliqué comment avoir une grosse bite, mais bon, c’est pas si important.

Laissez votre commentaire à propos de cet article